Live Report : First Fragment @ Lyon, France by DailyRock & Noise Injection

Updated: Jun 19

Via dailyrock : "Bon, je sais ce que vous allez me dire : « Mais c’est pas possible tu fais que des concerts Sounds Like Hell Productions! » . Bah ouais les gars mais j’y peut rien si elles proposent tout le temps des plateaux de porc! En l’occurrence ce soir ce sera porc Technique et progressif s’il vous plaît! Un tournée de haute qualité qui traverse toute l’Europe, et pour votre serviteur un moyen d’enfin revoir Fallujah, dont les 3 premiers albums m’ont tous laissés sur le cul et dont je n’avais pas recroisé la route depuis 2014 et une tournée avec Dying Fetus. Autant vous dire que j’étais chaud patate, d’autant plus qu’avant la soirée j’ai pu interviewer Scott, la tête pensante du groupe, ainsi qu’Antonio, le nouveau chanteur, tout deux très sympathiques! La soirée commençait donc sous les meilleures auspices!


On débute avec les Québécois de First Fragment, qui dès les premières secondes du show nous montrent qu’ils ne sont pas là pour faire de la figuration : tu veux du Death ultra Technique, t’es servi! Ca Shred très très dur, les musicos s’en donnent a coeur joie, et il n’y a qu’a regarder le matériel pour se rendre compte qu’on est pas là pour faire dans la dentelle : Guitare 8 cordes à ma gauche, Basse 6 cordes à ma droite, c’est ni du doom, ni du punk! Le chanteur et le guitariste invectivent très vite la foule en Français Québécois, j’en viens même a me demander si ils n’en rajoutent pas un peu sachant que le public Français est très friand de cet accent (« Spinnez moi ca hostie de calice Tabernac’! ») .Bref là n’est pas la question. Même si de base la musique de First Fragment n’est pas vraiment dans mes cordes, il faut avouer que leur Death Technique Néo Classique, parfois agrémenté de touches de Flamenco, est rudement efficace en condition live, et on se laisse vite happer par la technicité des 5 garçons de Longueuil. 30 petites minutes et puis s’en vont, une bonne petite entrée en matière bien efficace!


Au tour maintenant des Américains d’Allegaeon d’investir les planches. Le combo du Colorado écume les scènes d’Amérique du Nord depuis maintenant dix ans, et à commencé a se faire un nom récemment en Europe. Forts de 4 albums dans ce laps de temps, ils sont présents pour nous présenter certains morceaux de leur cinquième méfait « Apoptosis » . Et force est de constater que même si leur Death Technique Mélodique semble être rudement efficace, un mix un peu aléatoire peut tout gâcher. Le son est brouillon, et le guitariste rythmique est presque totalement inaudible, ce qui gâche vraiment l’expérience. Et cela ne sera malheureusement pas le seul moment de la soirée ou le son ne sera pas au diapason…Dommage donc car les compos d’Allegaeon méritent vraiment un meilleur traitement…A revoir dans de meilleures conditions!

Il y a un moment que l’on a tous vécu, en passionnés de musique, et qui ne cessera jamais de faire mal : quand un groupe qu’on adore produit une prestation décevante. Comme je l’ai déjà dit, j’attendais de revoir Fallujah depuis 2014 et l’époque de « The Flesh Prevails », album absolument parfait à mon sens. Evoluant entre Deathcore et Death Technique Atmosphérique, les deux premiers albums m’avaient littéralement laissés sur le cul. A l’époque ils n’avaient joué que 30mn , et j’étais un peu resté sur ma faim. Entretemps, le groupe a sorti l’album « Dreamless », un peu en deça des précédents, mais ou l’on trouve notamment le morceau « The Void Alone », en featuring avec la chanteuse Tori Letzler, qui est juste fabuleux. Et puis successivement, le chanteur Alex Hoffmann et le guitariste Brian James ont quitté le navire. On en arrive donc en 2019 avec un nouvel album sur les rails, « Undying Light » , prêt a sortir, avec un nouveau chanteur au style totalement différent, Antonio Palermo. Peu avant cette tournée, le groupe a sorti un single, Ultraviolet, ou l’on se rends compte que le style vocal change de façon radicale , de growl à scream, et même si le coté atmosphérique est toujours là, le groupe a semble t’il évolué vers des sonorités plus sombres. Les deux facteurs liés changent donc radicalement le son du groupe. C’est au final avec un mélange d’excitation et d’appréhension que j’attaque ce concert…et dès le premier morceau, je me rends compte que le mixage ne rendra pas hommage aux compos « classiques » du groupe. Les parties atmosphériques sont presque inaudibles, et le chant d’Antonio ne colle pas a mon sens avec les anciens morceaux. Alors certes, les nouvelles compos rendent plutôt bien sur scène, mais ce n’est plus pour moi le Fallujah que j’aime. Pire, le morceau « The Void Alone », ou les parties de chant de Tori, même mixées, sont si importantes, sont soit éludées, soit mangées par un mixage dégueu…Une grosse déception donc…


Après avoir noyé mon chagrin dans une bière bien fraiche, je me place devant Obscura, espérant une prestation qui puisse me redonner un peu le sourire. Contrairement a Allegaeon et Fallujah qui promouvaient un album a venir, Obscura tourne pour défendre un effort sorti l’an dernier, « Diluvium » et ne se gênera pas pour le faire, la setlist laissant la part belle a cette offrande. Peu familier de l’univers du groupe, je prends quand même un grand plaisir devant le set du combo germanique, leur Death progressif de haute volée assaisonné avec une petite pointe de Black étant d’une sévère efficacité en live!


Malgré la déception ce fut donc une soirée plutôt réussi donc, un CCO bien rempli, une orga au top encore une fois, a bientôt pour de nouvelles aventures Lyonnaises!"

Via NoiseInjection : "Sounds Like Hell Productions a proposé une belle affiche Technical Death Metal au CCO de Villeurbanne. Dans une salle relativement remplie, la soirée s'annonçait terrible, les amateurs de riffs techniques et saturés ont été servis. Avec pas moins de 4 groupes, Obscura en tête d'affiche suivi de Fallujah, Allegaeon et First Fragment, il va sans dire que l'affiche propose des groupes avec déjà une certaine côte de popularité.

First Fragment Venus tout droit du Québec, First Fragment a rapidement lancé les débats en ouverture de la soirée. C'est brutal, dynamique et rappellera sans doutes leurs compatriotes de Beyond Creation. Sauf erreur de ma part, la présence de Dominic Lapointe (bassiste) dans les deux formations n'y est certainement pas étrangère.

Déferlement de technique, rapidité d'exécution, blast beats et passages néo-classiques, First Fragment a donné une leçon de Tech Death. Si quelques soucis de balance audio ont pu quelque peu enlever un peu de saveur à l'écoute, la prestation des canadiens a été bluffante. La place dédiée aux instruments à cordes est clairement dominante, si le duo de guitare ne cesse de martyriser le manche et de se renvoyer le tour à chaque solos, la basse prend une position essentielle et représente un vrai atout pour le groupe. Une entrée en matière sensationnelle avec une formation d'une redoutable efficacité.


Allegaeon Déjà à l'affiche du Hellfest 2019, Allegaeon connaît une belle ascension dans le monde du Death Metal, les américains voient leur côte de popularité grimper grâce à un style Mélodique puissant ses influences dans le MetalCore. Probablement le groupe qui m'a le plus attiré sur cette affiche d'ailleurs, là encore le niveau technique des musiciens est tout bonnement ahurissant. Ça va vite, ça joue fort, c'est lourd mais reste mélodieux, c'est la patte Allegaeon. Avec un Metal propice au headbang, les américains ont offert une grosse demi-heure de puissance avec des œuvres alternant entre des sonorités Progressives, Mélodiques et Death. Avec déjà plusieurs années de carrière, Allegaeon a fait preuve d'une maturité scénique certaine. Si la déferlante de notes et les growls répétés ne conviendront pas à tout public, les connaisseurs du groupe en ont eu pour leur argent. On se revoit en Juin à Clisson.

Fallujah Les californiens de Fallujah sont déjà couronnés d'une belle aura outre atlantique, malgré leur apparente jeunesse ils sont pourtant déjà signés par le label Nuclear Blast, signe que ce groupe dispose déjà d'une certaine confiance du monde professionnel. Prodiguant un Metal Extrême à la fois Atmosphérique et Progressif, Fallujah a fait bouger le public en proposant le package le plus brutal de la soirée.

Techniquement irréprochables à tous les niveaux, les américains ont très rapidement fait comprendre que leur réputation n'est pas volée. Malgré tout il y a un truc qui cloche, le groupe connaît une période de renouveau de sa formation avec ce qui semble un jeu de chaises musicales qui peut lui causer du tort. Si les albums studios dégageait une puissance vocale redoutable, le nouveau chanteur (découvert sur scène) m'a semblé moins cohérent avec les titres du groupe. Perdant en coffre et s'intégrant dans une démarche plus MetalCore (ce qui se fait habituellement/beaucoup trop dans cette niche), est-ce le signe d'une direction artistique moins innovante ? Verdict avec leur prochaine parution le mois prochain.


Obscura Seuls représentants européens de la soirée, les bavarois d'Obscura ont fait redescendre d'un cran l'énergie du public avec une musique plus démonstrative et moins rentre dedans. Virtuoses et efficaces, les titres s'enchaînent faisant la part belle à leur dernier album Dilivium. Clairement plus accessible que les groupes précédents, Obscura a proposé un set harmonieux me réservant de bonnes découvertes dont un dernier album qui semble disposer de nombreuses qualités. Avec à nouveau une débauche technique débordante (soirée Technical Death on l'aura compris), les allemands ont été accompagnés d'un jeu de lumière particulièrement réussi en plus d'un usage élevé de machines à fumées "façon lance flamme". Alternant sections polyrythmiques et mélodiques sans oublier leur identité profondément Death, Obscura a montré au public lyonnais qui était le patron ce soir."


Written by Thomas Pécoil & Djam Originally written for DailyRock webzine & Noise Injection

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube

© The Stygian Oath, 2018 - Return to Home Page